La Fondation Marocaine de l’Étudiant solidaire avec les bacheliers démunis

La Fondation Marocaine de l’Étudiant lance « L’appel des 96 » qui vise augmenter le nombre des bacheliers bénéficiaires pour l’année 2019 et qui se trouvent en situation financière très difficile.

 

En savoir plus sur: https://www.challenge.ma/la-fondation-marocaine-de-letudiant-solidaire-avec-les-bacheliers-demunis-112091/?fbclid=IwAR0yoKkJmCZ4yea-oO03Hpc9Hv8OhW4Uq-XwAZbmQU1gath69QVFOEr_TTw

#100dhpouretudier 

Hamid Ben Elafdil, président de la Fondation Marocaine de l’Etudiant, invité du morning Atlantic pour lancer l’appel à la générosité publique “Appel des 96”

Hamid Ben Elafdil, président de la Fondation Marocaine de l’Etudiant est l’invité du morning Atlantic pour lancer l’appel à la générosité publique “Appel des 96”.

Réécouter l’interview via ce lien:  https://www.atlanticradio.ma/index.php/emissions/invite-atlantic/item/8363-hamid-ben-elfadil-president-de-la-fondation-marocaine-de-l-etudiant

#100dhpouretudier 

L’Implication des Entreprises dans la promotion de l’Egalité des Chances : Une réalité, Une Nécessité

Mesdames, Messieurs,
Je vous remercie de votre participation à cette conférence débat.
Nous remercions nos partenaires d’avoir répondu présents.
Nous avons lors du cadrage de cet événement souhaité inscrire notre mobilisation pour cette 4ème édition marocaine de la Journée Mondiale de l’Egalité des Chances dans un élan positif et ambitieux.
L’implication des entreprises dans la promotion de l’égalité des chances est une réalité que nous connaissons, nous à la Fondation Marocaine de l’Étudiant. Je suis particulièrement ravie d’entendre des témoignages de nos partenaires, que nous avons été pour plusieurs d’entre eux leurs premières expériences d’engagement. Nous sommes heureux de constater que cet engagement se poursuit encore.
Des débats de ce soir, nous avons convenu, que l’implication des entreprises est une responsabilité qu’elles soient ou non dans une démarche de labellisation.
Ce que nous pouvons retenir par l’échange des pratiques, [et une synthèse plus détaillée sera produite], c’est que plusieurs facteurs devront être pris en compte.
La démarche se doit d’être #intégrée dans la #vision de l’entreprise, qui questionnera sa stratégie d’implication sociétale en cohérence avec les valeurs qu’elles portent.
L’approche sera #structurée, par un sondage des besoins pour répondre aux #enjeux prioritaires de notre #Société, et en alignement avec les priorités même de l’entreprise. Et ce, par un ciblage des #populations à toucher et le cadrage des actions. Cela évitera un saupoudrage des énergies, et la recherche d’#impact sera l’indicateur d’aide à la décision.
Cet impact, nous le suivons, nous à la Fondation Marocaine de l’Etudiant et nous en sommes témoins chaque jour par la transformation de nos jeunes boursiers.
L’approche sera structurée également par le choix des acteurs terrain porteurs des missions qui vous importent. Leur professionnalisme et leurs réalisations constituent un facteur clé de réussite.
L’implication devra absolument mobiliser l’ensemble des collaborateurs, top management inclus. Cette mobilisation créera l’impulsion nécessaire à l’intégration de l’engagement sociétal dans l’ADN de l’entreprise. Donner du sens !
Elle se devra d’être #inclusive. Mr BenElafdil l’a rappelé c’est l’enjeu qu’il nous reste à relever, ensemble.
Mesdames, Messieurs, vous semez et récoltez les fruits de votre engagement par l’impact sur les bénéficiaires, leurs proches, leurs communautés, la Société : l’EMPREINTE positive que vous y laisserez.
Vous avez rappelé que c’est un élément essentiel de votre préoccupation de s’inscrire dans un développement durable.
Vous avez si bien décrit, les bénéfices directs sur vos propres entreprises par l’engagement de vos salariés, et par l’attractivité des talents, et la mobilité interne.
Nous avons également parlé de valeurs autour desquels vous fédérez votre capital humain et immatériel.
Pour le sujet qui nous concerne, nous avons convenu que promouvoir une égalité des chances en termes d’éducation et emploi passe par plusieurs vecteurs.
L’accès à l’information a été abordé, que ce soit sur les perspectives à donner aux jeunes, la transparence des recrutements, la transparence des promotions. Une culture du mérite à semer encore et encore. Et nous y œuvrons chaque jour à la Fondation Marocaine de l’Etudiant.
La #représentativité de toutes les #diversités a été également soulignée ce soir. Nous avons parlé parité et égalité genre. Je retiendrai ce soir que 50% des jeunes sur les bancs des Classes Préparatoires au Maroc sont des filles. Nous le savons, nous à la FME. 61% de nos boursiers sont des jeunes boursières.
C’est un sujet qui nous tient à cœur, et j’en profite pour annoncer que nous lançons dans la continuité de nos actions le programme de « renforcement du leadership féminin », projet soutenu par l’Ambassade du Canada au Maroc. Nous vous donnons rendez-vous en Mars prochain pour le MasterCLass #herdayforher.

Des dispositifs présentés, nous retenons un point commun, ils ne fonctionnent que s’ils sont inscrits dans une démarche #durable. Et c’est là encore un point important.
Je vous le disais, l’implication des entreprises dans la promotion de l’égalité des chances est une #réalité. Et le débat de ce soir l’a prouvé.
C’est une #nécessité. Nous devons y travailler ensemble.
La FME se positionne humblement comme #catalyseur des bonnes volontés. Nous mobilisons toutes les énergies pour un seul objectif, activer l’ascenseur social par le mérite. Nous sommes porteurs d’un message d’#espoir comme l’a souligné Mr Benjelloune dans son allocution.
Nous agissons chaque jour, aux côtés de nos partenaires, pour l’égalité des chances, et ce justement en ne laissant plus de place au facteur chance et en le remplaçant par des OPPORTUNITÉS au profit des jeunes qui le méritent.
Ce travail est possible grâce à vous.
Nous sommes au même titre que vous, des investisseurs dans notre société.
Enfin, Je remercie l’équipe de la FME qui œuvre au quotidien pour l’Egalité des Chances.
Le 5 Décembre, à la CGEM
Wafaa NAIM EL IDRISSI
Directrice Exécutive de la Fondation Marocaine de l’Etudiant

Dans le cadre de la manifestation organisée par la FME de la Journée Mondiale de l’Egalité des Chances

Marianne RUGGIERI, présidente de la Fondation JUNICLAIR

Comment choisissez-vous les projets que vous financez ?

Nous soutenons au niveau de la Fondation JUNICLAIR, des projets qui permettent notamment le développement des pays et l’autonomisation des personnes. Ce qui nous amène donc à privilégier les projets lies à l’éducation ou la santé. Nous choisissons les projets sur dossier mais surtout grâce au contact direct que nous établissons avec les bénéficiaires.

Comment avez-vous décidé de soutenir la FME ?

J’ai fait le tour de plusieurs organisations, et rencontré plusieurs associations et plusieurs acteurs associatifs de terrain au Maroc. Après avoir rencontré l’équipe de la FME, j’ai été à la fois convaincue par la finalité, la mission et la rigueur, et touchée par les parcours des boursiers. Le domaine d’intervention de la FME, l’accès à l’éducation est essentiel. L’éducation est la base de tout : être éduqué c’est s’ouvrir au monde, exister, être autonome et se prendre en main. L’éducation est essentielle car elle permet d’endiguer toute forme de sectarisme.

Le projet de la FME est concret et palpable. C’est un coup de pouce donné, c’est structuré et des vies sont changées. J’ai donc soumis le dossier au Conseil d’Administration de la Fondation JUNICLAIR, et nous avons validé notre engagement auprès de la FME.

Pourquoi avez-vous fondé la Fondation JUNICLAIR ?

Je considère que j’ai eu beaucoup de chance. Mon époux et moi avons travaillé dur dans notre vie, et continuons encore. Pour autant, nous considérons que nous avons eu beaucoup de chance. Nous voulions laisser quelque chose à nos enfants et petits-enfants. C’était une façon d’inscrire encore plus en eux cette responsabilité envers l’autre et toutes les valeurs de partage et altérité. J’ai préféré faire ceci de façon professionnelle et dans un cadre organisé. La Fondation JUNICLAIR est née de là. J’ai pour espoir qu’un de mes petits-enfants reprenne le flambeau plus tard.

Vous soutenez plusieurs actions de par le monde, partagez avec nous une des actions qui vous a marquée ?

L’action associative qui m’a touchée le plus concerne des femmes afghanes qui grâce à leur détermination ont appris à lire et à écrire en deux mois seulement. Elles ont à leur tour fait l’école à des enfants dans leurs quartiers. Quand on éduque les femmes on éduque toute une nation, ce sont des futures mamans, des futures actrices de la société qui peuvent faire évoluer tout un pays grâce à leur éveil sur les questions de santé, la maitrise de la natalité et économie familiale.

Des filles, des femmes, vous accompagnez grâce à votre soutien à la FME, 10 étudiantes. Parlez-nous d’elles ?

Je soutiens beaucoup de filles et femmes de par le monde. Au Maroc et avec la FME, elles sont 10, elles sont brillantes bachelières et portent « la volonté de s’en sortir ». Je vois en elles beaucoup d’espoir, beaucoup d’ambition.

Durant ma dernière visite à la FME, j’ai eu un moment de partage avec elles, et j’ai vu leur transformation en une année. Cela m’a permis de faire le point sur leurs rêves professionnels, l’avancement de leurs études. Ce contact est très important pour moi, car je perçois concrètement l’impact de notre action. La FME me transmet des rapports réguliers, et organise les rencontres avec les boursières.

Ces boursières sont très studieuses. Et j’en ai un peu plus appris sur elles. J’ai découvert que l’une d’entre elles par exemple, participait à un projet dans son école avec d’autres étudiants. Elle sillonne les petits villages environnant Agadir pour encourager la scolarisation des petites filles. C’est formidable !

J’apprécie particulièrement le programme de tutorat, et j’ai assisté à une rencontre entre boursière et tutrice très intéressante. Les tutrices aident d’une autre manière les boursières à travers le partage de l’expérience professionnelle, l’orientation, l’écoute. La vision par rapport au projet professionnel des boursières devient ainsi de plus en plus claire.

J’ai hâte de les revoir dans quelques mois…

 

« Les programmes FME, c’est une chance» MERIAME SAADI

Etre déterminée dans ses choix :

Je suis Meriame Saadi, âgée de 20 ans, étudiante à l’Université Internationale de Rabat.

Comme chaque lycéen, je me suis retrouvée devant faire un choix pour mes études. Le secteur des énergies m’a très vite attirée pour son importance économique, sociale et environnementale.

J’ai obtenu mon baccalauréat en sciences physiques avec mention très bien. Etant la première dans ma promotion, mes professeurs et notre conseiller pédagogique m’ont beaucoup encouragé. Ils m’ont conseillé plusieurs voies, et m’ont finalement encourage à poursuivre ma voie face à ma détermination.

Les Energies renouvelables, un métier et une passion

J’ai construit mon projet de vie : devenir ingénieur en énergies renouvelables et évoluer dans ce secteur.  Grâce à la FME et la Fondation JUNICLAIR que je remercie également, j’ai fait mes premiers pas vers cet objectif.

J’ai eu beaucoup de chance d’être retenue dans les programmes de la FME. J’ai rencontré l’équipe pour la première fois l’année dernière. Avec l’ordinateur portable mis à ma disposition, j’ai accès au site ALTISSIA qui me permet d’améliorer mon niveau dans plusieurs langues.

Pour intégrer l’Université Internationale de Rabat, j’ai passé un concours écrit et un entretien oral.

Actuellement je suis en deuxième année cycle préparatoire intégré, on a une formation chargée mais très intéressante. J’ai eu de nouveaux amis et j’ai eu l’opportunité de rencontrer des professeurs qui sont parmi les meilleurs.

En savoir plus sur Meriame :

J’aime bien jouer aux échecs et faire du sport.

Mon film préféré est « Sherlock Holmes » et mon livre préféré est « L’étranger» de Camus.

Je suis de nature optimiste !

Un message pour vous bacheliers méritants :

Continuez vos études en donnant le maximum possible d’effort, rien n’est impossible si vous essayez et si vous croyez en ce que vous faites. C’est après la pluie que les fleurs s’ouvrent !

Un dernier mot :

Je ne suis qu’à ma deuxième année. On me fait confiance, on me soutient dans mes études, on m’encourage. Alors je travaille encore plus.

Je suis déterminée à réussir.

Partage, Emotion, Expérience pour grandir

Parle-nous de ton parcours,

Je suis Ghita Faid, 21 ans. Après l’obtention de mon baccalauréat en Sciences Economiques avec une mention très bien, j’ai découvert qu’avec la FME je pouvais étudier sereinement. J’ai candidaté et j’ai pu bénéficier du programme de bourse OCP.

Grâce à l’orientation de l’équipe FME, j’ai intégré des classes préparatoires privées. J’ai passé les concours d’entrée d’écoles de commerce et gestion. J’ai été retenue en France et au Maroc. J’ai choisi de continuer mon parcours à l’ISCAE. Maintenant je suis en 2ème année.

Raconte nous ton expérience programme tutorat au féminin by FME

Je bénéficie du programme tutorat professionnel, depuis 2015. Tout a commencé par une réunion de rencontre tutrice-tutorée organisée par la FME. J’y ai rencontré ma tutrice une directrice Communication d’un grand organisme de prêts.

Ma relation avec ma tutrice est très solide, pleine de partage et d’apprentissage sur le niveau personnel et professionnel. Elle m’a accompagné pour décrocher mon premier stage l’été précédant mon entrée à l’ISCAE. J’ai donc pu découvrir très tôt le milieu de travail. Et j’ai bénéficié de ses conseils pour le choix de mon orientation de filière. Elle m’a beaucoup apporté et m’apporte beaucoup pour ma confiance en moi. On s’appelle, on échange par mail. Et de temps en temps on se voit autour d’un café.

Le tutorat constitue pour moi un levier dans mes orientations professionnelles, dans ma vie personnelle. Moi je suis une personne active et j’ai rencontré une personne qui me pousse à l’être et qui m’encourage tout le temps à me réaliser, à être ouverte au monde, spontanée et plus que ça à être moi-même.

La phrase qu’elle me disait et dont je m’en souviens toujours est : « Avec moi ne mets pas de barrières, on n’est pas dans une relation hiérarchique, sois spontanée, sois toujours toi-même, cela te permettra d’aller loin »

Quand je parle de ma tutrice je sens beaucoup d’émotion. Elle est disponible, déterminée, aimable et d’une générosité de cœur incroyable. Je me souviens un jour, j’étais classée troisième de ma promotion, j’ai eu une bonne note. Elle était tellement fière que cela n’avait pas de prix. C’est moteur pour moi.

Tu as 3 mots pour nous décrire le tutorat au féminin by FME

Expérience, Emotion et partage

Et cela me fait grandir, personnellement et professionnellement. Alors Lamia Merci

La FME lance un appel à mobilisation des femmes pour les femmes

La Fondation marocaine de l’étudiant (FME) lance, à l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme, un appel à mobilisation aux cadres et dirigeantes d’entreprises pour le programme «Tutorat au féminin» destiné aux jeunes boursières de la fondation.

En savoir plus: http://www.leseco.ma/enseignement/535-enseignement/64108-la-fme-lance-un-appel-a-mobilisation-des-femmes-pour-les-femmes.html